Laurent Blanc et ses deux pré-listes

8 mai 2012 - 14:12

Blanc donnera deux listes pour l'euro 2012


Les Bleus

Blanc : «Fidèle à l'histoire de ce groupe»

(EQ) 

Avant la divulgation de sa première pré-liste, ce mercredi (18h), Laurent Blanc a assuré qu'il resterait «fidèle à l'histoire de ce groupe». Le sélectionneur, qui veut rester «cohérent», n'exclut pas de faire appel à Gourcuff et Ben Arfa. (Photo Presse-sports)

Laurent Blanc dévoilera une première pré-liste, celle concernant les joueurs français évoluant dans les championnats étrangers, ce mercredi (18h), avant d'en annoncer une seconde, visant les Tricolores jouant en L1, le 15 mai prochain. Si sa réflexion quant aux 23 qui composeront la liste finale est «presque» terminée, le coach des Bleus avoue qu'il «reste quelques interrogations», «au coeur du jeu» notamment. Dans ce secteur, qui pose «problème», «l'heure n'est plus aux essais», a-t-il expliqué dans L'Equipe, lui qui souhaite rester «fidèle à l'histoire de ce groupe

«Yoann n'est pas prêt physiquement mais...»

S'il reconnaît que dans «la logique définie», Gourcuff joue «trop peu» pour être appelé, Blanc tient à «mettre les choses à plat pour analyser son cas». «Dans l'absolu, faire appel à lui est illogique. Si quelqu'un avait pris les clés à son poste, personne ne se poserait la question. Mais ce n'est pas le cas, plaide-t-il. Yoann n'est pas prêt physiquement mais quand tu réfléchis bien il ne faut pas être fermé sur son cas.» Le profil de Ben Arfa, pressenti pour intégrer le groupe, plaît également au sélectionneur car il a décidé «d'inclure son talent dans le collectif». 

«C'est comme Jérémy Ménez. Le souci, avec ces joueurs talentueux, c'est que leur premier raisonnement est de dire : "Donnez-moi le ballon et je ferai le reste". Alors quand vous n'avez pas le ballon, ils ne se sentent pas concernés. Mais aujourd'hui, j'observe qu'ils font l'effort de se replier», s'est réjoui le Président, qui n'a «pas trop de questions à [se] poser.» Alors que les incertitudes se multiplient concernant la défense, privée d'Abidal et Sagna, Blanc juge qu'il «n'y a pas matière à s'inquiéter». La situation délicate de Mexès, en manque de temps de jeu à l'AC Milan, le cas de Rami, «fatigué» après une saison exigeante, ou celui de Sakho, peu utilisé au PSG, n'inquiètent guère le sélectionneur national.

Commentaires