Notre Village St Rémy sur Creuse

 

LE VILLAGE DE SAINT-RÉMY-SUR-CREUSE

Localisation de Saint-Rémy-sur-Creuse

        

 

 

 

 

 

 

 

Saint-Rémy-sur-Creuse est un petit village français, situé dans le département de la Vienne et la région du Poitou-Charentes. Ses habitants sont appelés les Saint-Rémois et les Saint-Rémoises.
La commune s'étend sur 12,9 km² et compte 402 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2006. Avec une densité de 31,1 habitants par km², Saint-Rémy-sur-Creuse a subi une baisse de 5% de sa population par rapport à 1999.

Entouré par les communes de

BUXEUIL à 2,63 km 928habitants,

ABILLY à 2,98 km 1088 habitants,

DESCARTES à 2,21 km 3841 habitants, 

LEUGNY à 4.63 km 455 habitants,

LES ORMES à 6.87 km 1615 habitants.

--------------------------------------------------------------------------

FUTUROSCOPE  à 55 km environ . 

TOURS à 55 km environ . 

----------------------------------------------------------------------------

Saint-Rémy-sur-Creuse est situé à 19 km au Nord-Est de Châtellerault la plus grande ville des environs. 

Situé à 79 mètres d'altitude, La rivière la creuse est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Saint-Rémy-sur-Creuse.

La commune est proche du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine à environ 15 km. 

Le maire de Saint-Rémy-sur-Creuse se nomme monsieur Yanick CHICOT.

 

Histoire

Une falaise troglodytique a servi d'habitat tout au long de l’histoire. La grotte dite "des palets de Gargantua" a même servi de lieu de passage à la préhistoire. Des fouilles archéologiques menées dans les années 1970 ont fait apparaître des pointes de sagaies du type Lussac-Angles, ainsi qu'une série de burins en silex du Grand-Pressigny. Ce matériel, daté de la période Magdalénienne, prouve que Saint-Rémy se trouvait au sein du territoire de ces chasseurs-cueilleurs réputés pour leurs gravures (grottes de la Marche, frise sculptée du Roc-aux-Sorciers, ...). Si quelques occupations gallo-romaines sont attestées dans les environs, ce n'est qu'au xiie siècle que les troglodytes font véritablement leur apparition.

 

En 1189Richard Cœur de Lion fonde le bourg et accorde des franchises aux habitants, qui viennent nombreux pour en profiter1.

Lieu de refuge pour les paysans locaux, la forteresse est aménagée à l'époque pour se protéger des incursions, notamment celles des Français quand Saint-Rémy dépend de la couronne d’Angleterre. Un vestige de fortification, la tour de Gannes, est encore visible à proximité d'une église des xiie-xiiie siècles.

 

Moyen Âge

Les tisserands de chanvre prospèrent ensuite, idéalement situés sur la falaise : nombreuses sources, ensoleillement grâce au rayonnement du soleil sur le tuffeau blanc, humidité ambiante. L'activité de ces derniers entraîne une pollution assez conséquente de leur environnement, et ceux-ci finissent par quitter les lieux pour rejoindre les premières manufactures locales (notamment celle du papier).

 

Révolution française

Comme le reste de la France, Saint-Rémy-sur-Creuse accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaire. Quand il tombe malade en 1799, il est abattu et un autre est planté à proximité

Paru le 4 Avril 2012 dans l'édition de la Nouvelle République de la Vienne

 

Saint-Rémy-sur-Creuse 
Ethni'cité,une belle aventure qui dure...
Animatrice et comédiennes.Animatrice et comédiennes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Village troglodytique, Centre de Technologie Primitive, Ethni'Cité entretient notre mémoire. Événements, expositions, stages, soirées spectacle, la liste fournie des animations proposées sur le site de Saint-Rémy est à la mesure du dynamisme de l'équipe. 

Avec 2 salariés permanents, Aurélie Buffeteau et Thomas Aubry, du personnel supplémentaire l'été et peu de subventions, la débrouillardise est de mise. « Ethni'Cité vient de décrocher le 2e prix au concours de Sauvegarde du Patrimoine, accompagné d'un chèque de 3.000 € », précise Aurélie. Label décerné par la Fondation du Patrimoine, il récompense la protection et l'esthétique du paysage.
Dans l'équipe, on n'oublie pas les stagiaires. Étudiant en BTS espace rural, Augustin Blondeau est en charge de l'amélioration de la communication. « Nous avons peu de retour qualitatif pour évaluer les impressions du public. Je vais proposer de recevoir directement les appréciations des visiteurs du site. »
Évelyne Lemaire, étudiante en Expertise ethnologique prépare deux expositions. « La première sur la Préhistoire permettra de mettre en avant toutes les animations que propose Ethni'Cité. L'autre portera sur les Papous et les codes sociaux de la transmission orale de ce peuple premier. »
Vous rêvez d'un goûter en costume d'époque chez Richard Cœur de Lion, d'une soirée au clair de lune en compagnie des histoires de la Mère Jaspine, de Pâques à la Toussaint, il se passe toujours quelque chose aux Troglos !

Vienne - Saint-Rémy-sur-Creuse 
Cosette tisse le fil de la mémoire
Cosette Fréval et Marine à l'ouvrage sur son métier.Cosette Fréval et Marine à l'ouvrage sur son métier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Al'école, Cosette Fréval détestait la couture. Pourtant ses professeurs étaient persuadés que la jeune fille était douée. Et le temps leur a donné raison. Cosette développe aujourd'hui sa petite entreprise de tissage. C'est à Amboise qu'elle se perfectionne avec Pierre Ryall, un maître du genre. 

Monitrice dans un CAT, elle développe avec des adultes handicapés un atelier de tissage complété d'une boutique. « On y vendait les vêtements qu'on fabriquait. Humainement, c'était très enrichissant comme activité, j'ai beaucoup appris. Les difficultés obligent à inventer. » 
Chinon, Ferrière Larçon et Châtellerault, Cosette poursuit sa route sur les marchés médiévaux. L'été à Ethni'Cité, c'est en costume du 18e qu'elle anime des soirées contées pleines d'histoires de tissage. « Sur le site Troglodyte, il y avait un vieux métier à tisser qui traînait. J'ai trouvé une navette, on a monté une chaîne et l'aventure a pris forme. Autrefois dans les caves, il y avait 60 tisserands. C'est à la fois une remontée et un prolongement dans le temps. » 
Sur son métier à tisser fabriqué par l'entreprise Catusse, famille de tisserands de l'Aveyron, Cosette crée de belles pièces uniques. « Je propose des stages à la maison, j'adore transmettre ce savoir, l'échange est très riche. »

Venez rencontrer Cosette au travail sur son métier à tisser le dimanche matin à Descartes face à la boutique de Marion, elle vous racontera de belles histoires de Tisserands. Contact : frerives@club-internet.fr

Paru le 4 Mai 2012 dans l'édition de la Nouvelle République de la Vienne

Vienne - Saint-Rémy-sur-Creuse 
  . Marine Morelet , une lavandière douée !
Marine dans les grottes avec son rouet.                                 Marine dans les grottes avec son rouet.

Quand Marine Morelet, seize ans, revêt son costume de paysanne du XIXe siècle, elle entre de suite dans le personnage. Déjà, au collège, elle faisait preuve d'un véritable don pour le théâtre. En atelier avec un metteur en scène, elle s'empare des textes et improvise à ravir devant les élèves. Dans la foulée, elle suit Isabelle, sa maman, qui l'entraîne au beau milieu des grottes du site de Saint-Rémy. Les soirs d'été, il s'y raconte des histoires de Lavandières. « Ce soir-là, il manquait une comédienne. Je l'ai tout naturellement remplacée. Et puis assez rapidement j'ai travaillé une scène où je devais séduire un instituteur. Une grande première ! » Dans les grottes, sur des textes de Géraldine Greyo, elle participe aux « Soirées contées ». En lavandière, Marine raconte des histoires croustillantes, chante et lave son linge sale devant le public. « Nous allons à la source, et comme à l'ancienne, sur une planche en bois, on frotte et puis on bat le linge. L'eau est très froide et pas toujours très propre, mais c'est du théâtre. J'essaie d'oublier les spectateurs, surtout que l'on joue tout près d'eux. Pour compléter mon personnage, j'envisage cet été d'utiliser un rouet. Je suis gauchère, un véritable avantage, car c'est la main gauche qui tire la fibre du chanvre. Il ne faut jamais lâcher sinon il a des nœuds, et là, on fait de la ficelle à rôti ! » Seule adolescente du groupe, Marine vit cette situation à la perfection.« Je me sens bien avec eux. C'est génial de partager une activité comme celle-là et des fous rires avec ma maman. Au lycée, personne n'est au courant. C'est mon jardin secret. »